Iconz de la semaine : Peter Norman

Stories

Il y a tout juste 50 ans, lors des Jeux olympiques de Mexico (1968), se tint une des scènes qui marqueront à jamais l’histoire du sport et de l’olympisme, tout comme la prise d’otage et le massacre d’une partie de la délégation d’Israël par un commando terroriste palestinien (Munich, 1972) ou les victoires de Jesse Owens qui embarrassèrent le pouvoir nazi, lors des Jeux de Berlin, en 1936. Cet évènement, a eu pour cadre le podium du 200m masculin. 1er, Tommie Smith (USA) ; 2ème, Peter Norman (AUS) et 3ème, John Carlos (USA). Les deux coureurs des Etats-Unis furent le centre d’attention et peu remarquèrent qu’un troisième homme avait pris parti…

Les Jeux olympiques, en tant que manifestation sportive la plus vue au monde, est régulièrement le théâtre de démonstrations politiques de tous types et notamment par la force du boycott. Mais certaines marquent plus que d’autres. Et, aujourd’hui, tout le monde à en tête cette photo datant des Jeux de Mexico ’68. C’est lorsque retentit l’hymne des Etats-Unis, pour le podium du 200m masculin que Tommie Smith et John Carlos, lèvent chacun un poing ganté de noir en baissant la tête. Un appel à la prise de conscience de la situation de la population afro-américaine, avec pour cadre de nombreuses émeutes «  raciales  » et l’assassinat du révérend Martin Luther King Jr, 5 mois avant les JO.


Le symbole est fort et inéquivoque. La réponse du CIO est implacable : les athlètes seront chassés du village olympique par son président, Avery Brundage (raciste et antisémite notoire). Le comité olympique américain ne sera pas plus clément et leur carrière sera sacrifiée. Leur vie personnelle ne sera guère meilleure, jusqu’aux années 90, où ils sont reconnus pour cet acte militant.

Mais peu de gens connaissent l’histoire et tous les personnages derrière les clichés. D’abord, il y a l’Olympic Project for Human Rights (OPHR), une organisation fondée en 1967 qui avait pour but de protester contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis et dans le monde, notamment en Afrique du Sud, et le racisme dans le sport. l’OPHR a quelques fait d’armes significatifs : il força la puissante équipe du New York Athletics Club à revoir sa politique de sélection discriminatoire envers les Noirs et les Juifs, et apporta son soutien au discours anti guerre de Mohammed Ali.

Un autre personnage méconnu du public, c’est Peter Norman. Il est également sur le podium puisqu’il a devancé John Carlos au finish. Et il est plus qu’un acteur passif de cet évènement marquant. C’est lui qui souffla l’idée que chacun des athlètes porte un gant sur le podium, car John Carlos avait oublié sa paire. Mais son implication fut plus directe, car il porta également, sur le podium, un badge de l’OPHR, très visible sur sa veste vert foncé. Pour lui, comme il l’a déclaré aux athlètes américains, peu avant la cérémonie protocolaire, ce combat “est également celui de l’Australie blanche“.


Bien qu’il ne fut pas expulsé du village olympique, sa carrière fut freinée et il fut même privé de participer aux Jeux de 72 (Munich), malgré des performances lui permettant d’être sélectionné. Lui aussi perdra son emploi dans la foulée. Même en 2000, pour les Jeux de Sidney, Norman est encore un pestiféré et les autorités sportives australiennes lui dédaignent l’accès aux Jeux.

Peter Norman et sa médaille d’argent remportée aux JO de Mexico

Il décèdera en 2006 d’une crise cardiaque. Pour ses funérailles, Tommie Smith et John Carlos, de qui il était resté proche, firent le trajet et portèrent le cercueil du “seul sportif blanc qui eut assez de cran“ pour soutenir leur lutte et lui donner une portée universelle.

Tommie Smith et John Carlos aux funérailles de Peter Norman en 2006

«  Je pensais voir la crainte dans son regard. J’y vis l’amour  » John Carlos

Tommie Smith et John Carlos sont devenu des exemples, des icônes du sport. Peter Norman, c’est un Iconz.


Iconz

ICONZ, est un média qui permet aux Athlètes de raconter leurs histoires, leurs vies, leurs anecdotes sous forme d’articles, de photos, de videos ou de podcasts....

Translate »