Lettre du Canada – Ep 2

Basket-ball, Stories

Tom Bobst

Salut, je m’appelle Tom Bobst, j’ai 18 ans. Je viens de Bordeaux (Mérignac plus précisément), je viens d’avoir mon bac économique et social au lycée Saint-Gènes Bordeaux. Je joue au basket depuis que j’ai 3 ans. Je suis actuellement  au Canada pour vivre l’expérience d’étudiant-athlète dans le cégep de Shawinigan au Québec.

EPISODE 1

Xavier Calvaire, dit Coach X, est un ancien joueur de basket. Comme je vous le disais dans ma première lettre, c’est lui qui est à l’origine de ma venue au Canada.
Il a notamment joué en France (Rueil-Malmaison), aux États-Unis (New Mexico, Michigan) et en Italie (Rieti, Calabria, Brindisi). Malheureusement, à cause d’une blessure au tendon d’Achille, il a été contraint d’arrêter sa carrière, mais il a poursuivi sa vie dans différents domaines de notre sport. Il a, entre autres, monté l’entreprise coach X en 2013. Il a voulu faire bénéficier de son expérience d’étudiants-athlète à l’étranger à des jeunes étudiants-basketteurs français. Comment trouver un établissement, le niveau scolaire, la vie au quotidien, etc…

L’objectif principal est tout simplement d’aider et d’accompagner des jeunes joueurs amateurs qui veulent réaliser leur rêve. C’est-à-dire jouer au basket aux États-Unis, au Canada ou même en Europe (France, Italie, Espagne) tout en vivant de cette passion. C’est vraiment basé sur l’aide. Ce n’est pas un agent car les joueurs ne sont pas professionnels. Il y a un vrai accompagnement basket. Mais aussi et surtout scolaire ou plus généralement sur la vie quotidienne et notre avenir. Lors de notre première conversation, il m’a de suite demandé mon niveau scolaire, m’a expliqué l’importance de la scolarité, l’importance de ne pas tout baser sur le basket pour la vie future. Il a vraiment cette volonté de nous aider au maximum, en fonction de nos différentes caractéristiques, nos différentes envies. Il fait au mieux pour notre épanouissement tout en restant les pieds sur terre. Il y a un suivi tout au long de notre évolution (une ou plusieurs années): on se téléphone tous les 10 jours.

Avec ma famille, nous sommes extrêmement satisfaits. Il m’a permis de tenter cette aventure. Il accompagne mon épanouissement et je suis persuadé qu’il sera présent dans ma future évolution.

Etre «  un X-man  », je vous rassure ce n’est pas comme dans le film. On ne se sent pas au-dessus. On reste vraiment à notre place tout en ayant une forte ambition.
Être «  un X-man », c’est avoir de la volonté, c’est travailler fort, c’est avoir de l’ambition, c’est de l’entraide mais surtout c’est partir en mission pour accomplir ses objectifs.

À Shawi, nous sommes 6 « X-men », il y a Benjamin, Teddy, Loïc, Paul, Pierre et moi-même. On est comme une famille, on s’entraide sur tous les niveaux (basket, école, nourriture, etc..). On a tous un objectif, on sait tous ce qu’il faut faire pour y arriver mais on a aussi tous des qualités et des défauts différents. Autrement dit, c’est notre complémentarité conjuguée à nos différences qui nous permet de travailler fort, d’évoluer et d’avancer petit à petit vers l’objectif.
Puis sur un plan plus humain, on s’entend vraiment bien, on rigole tout le temps, on fait énormément de choses ensemble. Sans trop m’avancer, je pense que certains « X-liens » créés cette année seront solides dans le futur.

Je n’ai pas vraiment de journée type. Cela varie en fonction de mon emploi du temps scolaire. Mais il y a 4 entraînements obligatoires dans la semaine. Et j’arrive à en faire en moyenne 11 par semaine + 1 ou 2 matches (en fonction des tournois ou matchs officiels). Je m’entraîne au minimum deux fois par jour.

Journée type du jeudi :
-7h00 : Réveil, petit déjeuner
-8h00 : 10min de marche pour aller au CEGEP (je passe des appels en France pendant ce temps)
-8h30-10h: entraînement perso (300-400 shoots)
-10h30-12h20 : cours de comptabilité financière
-12h30-13h45 : entraînement perso musculation
-14h-14h30 : déjeuner
-14h30-16h : repos
-16h30-18h : entraînement perso dans l’autre salle
-18h-19h : récupération (étirements, bain froid)
-19h-20h : préparation dîner + déjeuner du lendemain
-21h-22h : travail (cours, vidéos highlights) et/ou récupération
-22h : Fin de journée

Nous avons la possibilité de nous entraîner dans deux salles de basket et deux salles de musculation différentes. Au CEGEP (Collège d’enseignement général et professionnel), on a accès à la salle de musculation de 7h à 20h45 et la salle de basket de 7h à 22h sachant qu’il y a des fois des cours de sport donc elle est occupée. Ensuite, on a les clés d’une salle de muscu et d’une salle de basket en ville où on peut aller 24/24h.

À vrai dire, j’avais anticipé ce rythme. Je m’étais donc beaucoup informé sur la récupération, la nutrition et le repos. Tout ce qui permet d’avoir un très gros rythme d’entraînement. J’ai beaucoup travaillé physiquement sur de nombreux aspects avec Stéphane Bard, préparateur physique, on a fait vraiment un super travail pendant environ 2 mois. J’en suis ravi et je n’hésiterai pas à revenir vers lui. Forcément, les deux premiers mois ont été marqués par des hauts et des bas. Physiquement et mentalement, mais cela est aussi dû au rythme de la préparation de la saison. Nous venons de commencer la saison. Je me sens vraiment bien physiquement et mentalement. Je continue de m’imposer un gros rythme de travail en adéquation avec les astuces de récupération, de nutrition et les périodes de repos.

La préparation a été vraiment géniale, on a eu de nombreux entraînements complémentaires (sur le physique, la technique, le QI basket, etc..), tout cela mélangé à plus de 20 matches. Effectivement, on a fait de nombreux tournois (Université de Laval, Gatineau, Thetford). Sur le plan personnel, je suis vraiment content de différents aspects (temps de jeu, importance dans l’équipe, etc..) mais je veux continuer à évoluer pour apporter encore plus à l’équipe, pour progresser sur mes points forts et surtout faibles. Je suis heureux mais pas satisfait car je sais que je ne suis qu’au début, je ne vais pas relâcher et continuer à travailler pour évoluer.

Le sport est extrêmement présent dans la culture québécoise. Les québécois sont des vrais fans de sport. Notamment de hockey. L’équipe de la ville est affichée à chaque coin de rue. Il y a aussi majoritairement du football américain, mais aussi du basket. Pour notre premier match à domicile, la salle était quasiment pleine, il y avait un speaker, un photographe… Il y a un réel engouement pour le sport dans cette région. Je pense que plus de la moitié des résidents du CEGEP vont à la salle de musculation ou à la piscine au moins une fois par semaine. Il y a de nombreux événements sportifs organisé, comme par exemple les 5km de la course du diable à laquelle on a participé en équipe. Sur ce point, c’est différent de la France. Ici, le sport est un acteur majeur de la vie des québécois.

Sinon, les études se passent plutôt bien. Je suis en première session en sciences humaines, profil administration. J’ai donc des cours d’initiation notamment à la psychologie, à la comptabilité ou encore à l’administration qui sont vraiment intéressants à découvrir et à approfondir. À l’inverse, je suis arrivé avec mon baccalauréat économique et sociale, j’ai donc certains cours déjà validés et d’autres que je dois refaire. Cela permet donc d’approfondir la matière dans les moindres détails.

J’ai décidé de lancer une chaîne YouTube pour que mes proches, et autres puissent suivre mon évolution. Je vais y publier du contenu purement basket avec notamment des matches, des compilations d’actions et aussi mes différents entraînements.


Tom Bobst

Salut, je m’appelle Tom Bobst, j’ai 18 ans. Je viens de Bordeaux (Mérignac plus précisément). Je joue au basket depuis que j’ai 3 ans. Je suis actuellement au Canada pour vivre l’expérience d’étudiant-athlète dans le cégep de Shawinigan au Québec.

Translate »